Trois euros pour la paix

Il y a une semaine, trois hommes aveuglés par un endoctrinement haineux ont mis en action l’idéologie qu’ils défendaient. Ils ont détruit la vie humaine. Ils ont bâillonné la liberté.

L’immense émotion qui a découlé de ces actes barbares a conduit à de nombreuses réactions de la part des Français. Un mouvement citoyen sans précédent s’est levé en faveur de la paix et de la liberté. D’autres en ont profité pour attiser la haine. Dans ma ville, à Poitiers, une mosquée a été victime d’un incendie criminel en réaction à ces évènements.
Mais l’écrasante majorité, soulevée par l’émotion, s’est rassemblée : « Nous sommes tous Charlie », pouvait-on entendre dans les rues, sur les réseaux sociaux, dans les lycées… Et dans les églises, qu’entendions-nous ?

J’ai été surpris d’entendre des chrétiens proclamer haut et fort : « Je ne suis pas Charlie », en cherchant à se désolidariser de l’aspect provocateur, irrévérencieux et parfois blasphématoire du fanzine. Surpris, parce que même si j’arrive à comprendre ce que ces personnes cherchent à défendre, je ne suis pas convaincu que l’intention du message ait été comprise par ceux qui l’ont entendu. Et que sert-il de délivrer un message si personne ne peut le décoder ?

Le crayon guidant le peuple Qu’y avait-il derrière ce « Je suis Charlie » ? La liberté d’expression ? Les valeurs de la république ? La liberté de penser ? La liberté de pratiquer sa religion dans le respect et la paix ? La défense d’une impertinence libertaire à la française ? La vie de ces hommes et femmes innocents ? L’identité française ?

Force est de constater qu’il y avait un peu de tout ça. Que chacun des manifestants était venu avec sa vision des choses, avec sa sensibilité, avec ses valeurs à défendre. Que ces rassemblements étaient un kaléidoscope d’opinions, d’âges et de races. Que ces rassemblements étaient avant tout un refus de la haine, de la violence et de l’intolérance. Un formidable élan de réconciliation.

C’est à ce titre que j’ai marché. Quand les valeurs de la république font écho aux valeurs de l’Évangile, il faut savoir être présent et les défendre. Comment imaginer être ailleurs que dans la rue ce dimanche-là ? Qu’importe si mon voisin ne défend pas Christ crucifié. S’il est prêt à se battre contre la peur et la haine, je serai son allié.

La place des chrétiens était dimanche au milieu de la foule, témoins de la justice, de la paix, de l’amour.

Cette citation d’Edmund Burke, philosophe Irlandais, m’a accompagné toute cette semaine :
Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien. — Edmund Burke #3EurosPourLaPaix Click To Tweet

L’église moderne ne doit pas se tromper de combat. Elle doit plus que jamais faire preuve d’une grande sagesse et veiller à garder l’Évangile comme fondement. Il est essentiel de rejeter la religion sclérosante et se projeter dans un évangile-mode-de-vie qui seul fera la différence. Il a fallu un terrible drame pour que la société Française se réveille et s’unisse. Mais ne soyons pas dupes : une fois l’émotion retombée, une fois le sensationnel érodé et les slogans usés, peu nombreux seront ceux qui se tiendront debout en faveur de la justice.

Le numéro 1178 de Charlie Hebdo va être tiré à 3 millions d’exemplaires. Par esprit de solidarité, j’ai d’abord eu l’intention de m’en procurer un. Mais c’est quand j’ai découvert la une de ce journal (on y voit une caricature de Mahomet) que j’ai compris comment, en tant que chrétien, j’allais faire la différence.

Après un tel élan de vivre ensemble, il m’est impensable de donner même 3 euros à une publication qui heurte la sensibilité des musulmans. Fut-ce pour l’hebdomadaire qui nous a tous unis contre la haine.
Alors avec mes 3 euros, je vais faire une chose que je n’aurais jamais – je dis bien JAMAIS – imaginé faire. Je vais tendre une main. Je vais, comme l’Évangile m’y invite, procurer la paix. Je vais révolutionner mon petit monde chrétien bien formaté, bien cloitré. Je vais me rendre à la mosquée de Poitiers et donner mes trois euros à l’imam pour qu’il les mette au crédit de la réfection de leur bâtiment. Je n’en fais pas une règle, ni pour moi, ni pour les autres. Je veux juste être actif dans la réconciliation et l’amour en actions.

Je vais donner trois euros pour la paix. Et s’il y a trois millions d’exemplaires de Charlie Hebdo dans les kiosques ce matin, il y a bien plus d’hommes et de femmes de foi dans ce pays, qui, s’ils donnent chacun 3 euros à ceux qui sont meurtris et blessés, ceux qui sont dans le besoin et étrangers, feront plus que parader dans la rue un dimanche, car ils feront de cet élan une réalité. Choisissez votre cause, et défendez-la.

Aujourd'hui, je donne #3EurosPourLaPaix Click To Tweet

Soyons de ceux qui se tiennent debout. Soyons ceux qui tendent la main. Soyons témoins de Jésus-Christ.

Cédric Delalande
Cédric Delalande est un professeur d’anglais basé à Poitiers (86) qui a à cœur le développement d’une Église culturellement pertinente. Ancien responsable d’Église, président de l’ebcam et passionné de nouvelle technologies, il publie ses réflexions sur Pertinence Culturelle et a rédigé un livre sur la place de l’Église dans la société moderne, intitulé « Faites-vous refaire les saints », disponible en format papier ou en version eBook (Kindle, iPad et Kobo).
Posted in Général and tagged , , , , , , , , .

3 Comments

  1. Bonjour, je suis entièrement d’accord avec tout ce que vous écrivez, sauf pour un point. Je ne vois pas la couverture de Charlie comme une provocation, ni une insulte à la religion musulmane : cette représentation du prophète pleurant, est plus une représentation de la communauté musulmane, qui pleure que l’on puisse tuer au nom de leur Dieu … C’est plus un message d’appel à la tolérance : « ce ne sont pas les musulmans qui ont perpétré cette barbarie, mais des fous, des extrémistes religieux, pitié ne faites pas d’amalgame !  » … en tout cas c’est ma lecture. Autant je suis triste pour les victimes de ces attentats, autant je suis révolté que l’on puisse s’attaquer à la communauté musulmane par « représailles ».

    • Je comprends votre point de vue. La couverture de Charlie ne me choque pas ouvertement – en tant que Français républicain et protestant. Bien entendu, je comprends également qu’il aurait été difficile pour Luz de dessiner autre chose que Mahomet, en guise de pied-de-nez face aux attaques que le journal a subies.
      Il n’est pas question ici de débattre si oui ou non, on est en droit de dessiner Mahomet. Il est question de faire preuve d’intelligence et d’apaisement, de tendre une main vers l’autre. Il est tellement plus facile de tirer la langue… Ca amuse la galerie, certes, mais ce n’est pas une preuve d’intelligence et de responsabilité. Ce n’est pas non plus ce que la Bible nous invite à faire.
      Charlie Hebdo est un fanzine de lycée qui a continué plus longtemps que prévu, en gardant le même ton et la même irrévérence. Il s’est retrouvé catapulté sur la scène internationale, et le problème vient du fait que la scène internationale n’est pas une cour d’école : d’autres unes, tout aussi drôles, étaient possibles.
      Mais n’attendons pas de ce journal de réagir comme Jésus nous y invite. C’est aux chrétiens de faire la différence en faisant preuve d’intelligence et d’apaisement, dans notre propre contexte, notre ville et notre quartier. C’est pour cela que nos trois euros ne doivent pas aller dans la poche de ces journalistes et dessinateurs – mais dans celle de ceux qui sont rejetés, délaissés ou méprisés.

  2. Je pense que cette couverture est un signal d’apaisement lancé à tout le monde, montrant un Mahomet triste … pourquoi est il triste ? parce 3 enragés ont tué 17 personnes ?? je ne pense pas, c’est plutôt que partout dans le monde, on tue en son nom, le Nigéria en est un bel exemple. Au delà de leur tragédie personnelle, ils montrent l’horrible réalité de notre monde. Sous leur airs d’ado retardé, il y avait une dénonciation des problèmes de notre monde.
    Attention, ce qui va suivre n’est pas dit pour choquer. Mais pourquoi donner 3 euros pour cette mosquée, qui je pense doit être assurée, et pourra se relever de ses cendres (je l’espère) alors qu’on pourrait les donner à une ONG pour aider les opprimés dans le monde …
    Je suis d’accord avec toi sur le fait que ces journalistes et dessinateurs n’ont pas besoin de cet argent, de toute façon, le tirage est passé de 1 à 3, puis 5 et maintenant 7 millions … j’espère qu’une partie de cet argent viendra en aide aux causes que nous avons abordé.
    Bonne journée

Laisser un commentaire